Découvrir les chants d’oiseaux de jardins toulousains

Le groupe d’amateurs d’ornithologie observant un Verdier d’Europe. Photo : Isabelle Artus

Le jardin de Compans Caffarelli de Toulouse est un havre de paix et connaître les oiseaux qui le peuplent, une expérience merveilleuse.

Se promener « À la découverte des chants d’oiseaux dans les parcs et jardins publics toulousains», c’est ce que proposent le Muséum National d’Histoire Naturelle de Toulouse et la LPO, la Ligue de Protection des Oiseaux de Haute-Garonne. Dimanche dernier au matin, j’y étais et je vous raconte.

La grisaille était prévue mais heureusement il n’a pas plu.  9h15, le groupe d’ornithologues amateurs est prêt à braver le froid. On ne parle pas fort, on écoute, on observe.

Notre guide et délégué LPO Haute-Garonne, la Bible de l’ornithologue en main, en pleine explication. Photo : Isabelle Artus

Deux solistes se distinguent : la fauvette tête noire et son chant confus au début puis gai et le troglodyte mignon qui, malgré sa très petite taille, est doté d’une puissante voix. N’oublions pas le merle, au registre plus grave et calme mais souvent présent et facile à repérer avec son bec jaune orangé.

Notre guide LPO Gwénaël Desmortier nous montre les détails de l’oiseau sur une planche du « Guide ornitho ». Photo : I.Artus

Chemin faisant, un roitelet pousse son sifflement aigu. Ce n’est pas facile de le distinguer parmi les autres notes.

Plus loin, un grimpereau des bois monte en spirale autour d’un arbre pour y dénicher sa nourriture.

Au jardin japonais, nous parlons de la fauvette et madame à tête noire se poste dans des branchages tout près de nous. Quel timing parfait !

Peu de temps après, c’est une mésange charbonnière curieuse qui s’approche jusqu’à nos pieds.

Au jardin japonais, près d’un nichoir du CNRS, la mésange charbonnière s’approche de nous. Photo : I.Artus

Au cours de la promenade, on dénombre plusieurs nichoirs à mésanges posés par le CNRS pour une étude. L’un d’entre eux est habité et un bouquet de petits cris d’oisillons nous indique leur présence. C’est l’heure du repas et mère mésange fait de nombreux aller et retour dans les parages pour nourrir ses petits.

Le nichoir du CNRS, bien habité par une famille de mésanges. Photo : I.Artus
Photo : Isabelle Artus

Onze heures, fin de la matinée d’observation des oiseaux du jardin. Les passants sont plus nombreux, les chants d’oiseaux se mêlent aux voix et sont moins audibles.

Le groupe LPO toujours à la recherche du Verdier d’Europe qui, comme son nom l’indique, se confond aux feuilles. I.Artus

Reste à se plonger dans le guide ornitho pour étudier de plus près toutes les espèces rencontrées au jardin. Une belle matinée de connaissance des oiseaux des parcs toulousains.

Gardons à l’esprit qu’aujourd’hui malheureusement plusieurs espèces d’oiseaux sont en danger ou en forte diminution en France comme en Haute-Garonne, cela est dû aux pesticides, fongicides et autres pratiques dévastatrices de la biodiversité.
Les passereaux, les hirondelles rustiques ont diminué de 39 % ces 30 dernières années et les hirondelles de fenêtres de 21 % déjà en seulement 14 ans. Une chute exponentielle qui traduit la gravité de la situation.

Apprendre à connaître les oiseaux, c’est apprendre à les protéger. Et ils le méritent bien tant leur beauté, leur finesse, leur chants mélodieux nous rendent la vie plus belle.

Isabelle Artus

Pour en savoir plus

Haïkus d’hiver avec la Ligue de Protection des Oiseaux

Culturepositive s’inscrit dans la transition écologique et la décélération, au risque de disparaître des écrans radar habituels. Voila pourquoi peu de nouvelles émanaient de sa source ces temps-ci.

Pour cette fin d’année 2017, voici un bouquet d’haïkus glanés au bord du lac de Fonrogues, une matinée d’observation ornithologique d’hiver avec la LPO Tarn, la Ligue de Protection des Oiseaux, aux alentours d’Albi, en terrain occitan.

Le Bruant des roseaux. Réserve naturelle nationale de la mare de Vauville.

Au bord du lac de Fonrogues

Le Bruant des roseaux se cache

Sripp, sripp, sria, srisrisirr… Chuuuuut !

 

Le héron cendré

Trône perché sur une branche

Au beau milieu du lac kah-ahrk !

 

kii-ou ! elle pointe enfin sa tête

La chouette chevêche Athéna

Dans un trou de mur de vieille ferme

 

Isabelle Artus. Hiver 2017

Au supermarché coopératif La Chouette Coop

Logo de la coopérative toulousaine La Chouette Coop.
La Chouette Coop, la première coopérative collaborative à voir le jour à Toulouse.

Avec une 20e de projets actuellement en France, les supermarchés coopératifs et participatifs représentent une alternative écologique à la consommation de la grande distribution. Je vous propose de m’accompagner dans  » La Chouette Coop » à Toulouse dont je suis membre depuis peu.

C’est dans une réunion Colibri l’année dernière à Toulouse où je vis que j’ai pris connaissance du projet d’ouvrir « La Chouette Coop » en ville, la première à voir le jour ici.

Située 12, avenue de Lyon, au centre, elle propose des produits frais et conditionnés de circuit court pour la plupart « à 80 % bio et le reste en conventionnel, pour que tout le monde puisse acheter à petit prix », m’explique Jérôme lors de la réunion d’accueil des futurs membres.

Le magasin est appelé « Le Lab » à titre expérimental. L’objectif est « d’ouvrir un espace beaucoup plus grand, de 1000, 1500 M2. Pour cela, il faut atteindre 1500 consommateurs membres », nous précise Jérôme.

Sur de belles grandes étagères en bois fabriquées par un ébéniste membre de la coopérative, sont disposés la plupart des produits dont on a besoin à la maison. Une ambiance décontractée règne ici.

Le principe est simple : les « Chouettos » donnent trois heures de travail d’affilée à « La Chouette Coop » toutes les quatre semaines et achètent dans la coopérative de 20 à 30 % moins cher.

Réceptionner les produits, fruits et légumes, fromages, viandes, mettre en rayon, tenir la caisse, chacun choisit son poste et peut aussi rejoindre les différents groupes de travail : « approvisionnement », « animation »…

Je m’inscris à la formation caisse et note les dates des prochaines réunions d’information des groupes de travail.

Je vous raconterais plus tard « La Chouette Coop » vue de dedans à travers mes impressions de membre active. A bientôt !

Isabelle Artus

PLUS D’INFOS

Heures d’ouverture de « La Chouette Coop » : le vendredi de 17 heures à 20 heures et le samedi matin de 10 heures à 13 heures, sauf les jours fériés.

 Les précurseurs :

Le « Park Slope Food » à New-York, il y a 40 ans.

« La Louve » à Paris, en automne 2016.

– Le film « Food Coop », réalisé par Tom Boothe cofondateur de la coopérative Louve.

Carte d’une 20 aine de projets de coopérative en France

Soirée Colibris pour un monde meilleur

Pour rien au monde je ne raterais une soirée Colibris. Je m’y ressource, je m’y nourris, j’y retrouve les valeurs qui de plus en plus fondent ma vie.
Cet écosystème humain a été créé en 2007 par l’homme de paix Pierre Rabhi, agriculteur bio et pionnier de l’agroécologie, mais aussi philosophe, essayiste, romancier et poète français.

Il « a pour mission d’inspirer, relier et soutenir tous ceux qui participent à construire un nouveau projet de société, indique le flyer des soirées du mouvement dans la ville rose. Ici, on « s’engage en conscience à remettre la terre et les hommes au centre des préoccupations et incarner ces valeurs au quotidien, faire sa part pour un monde meilleur. »

A Toulouse, les soirées Colibris ont lieu une fois par mois, comme vendredi dernier. Une centaine de personnes environ sont là. Quelques « anciens » comme Eric, mènent la soirée, micro en main. Il s’attache d’abord à relier et faire communiquer les uns avec les autres à travers un petit jeu « Un, deux, trois, soleil», cher à notre enfance. Ca fait du bien de revenir à des plaisirs simples et joueurs.

« Combien de nouveaux sont là ce soir ? » Beaucoup lèvent la main, c’est rassurant, Colibris s’agrandit. Eric présente le mouvement Colibris, ses valeurs, ses objectifs et la soirée. « Qui a des projets ? », sous-entendu « des projets Colibris», une dizaine de personnes cette fois-ci.

Une jeune-femme pétillante propose Solidees, un réseau d’entraide créative aux projets à l’heure de l’apéro au bar L’Etincelle.

Une autre monte une pâtisserie utilisant des blés anciens en circuit court.

Jean-Charles Amalric, ancien pompier, est en train d’écrire « Le livre raid planète secours», où il racontera son voyage à vélo de 18000 km autour du monde à initier les populations aux premiers secours. Il cherche à le financer sur la plateforme Ulule.

Avec sa ferme agro-écologique au Rwanda, un homme veut « faire de cette culture un bonheur contagieux ».

Et puis une jardinerie auto gérée et alternative est en gestation où « tout sera produit par nous  mêmes et de façon vraiment écologique. Jardiner en faisant plus de bien que de mal à la terre», souligne le porteur de projet.

Un site style « Le bon coin » mais payable en Sol violette est aussi en route.

D’autres propositions sont annoncées à l’assistance et à l’heure de l’auberge espagnole, chacun peut aller à la rencontre de la personne et de son projet pour échanger.

Une activité pour tous occupe la deuxième partie de la soirée, modelage ce soir-là et rires en pagaille.

Au chapitre des « Actualités du jour », un stage de permaculture est organisé les 11 et 12 février, où « on peut habiter sur place pour 15 € » et une soirée projection débat autour de la transition en France jeudi 26 janvier.

La soirée se termine et j’observe un sourire accroché aux lèvres des participants. C’est ça, le mouvement Colibris, de l’énergie en partage pour le nouveau monde en marche, porteur de projets respecteux de la nature et de l’être humain et de bonnes nouvelles qui rendent tout simplement heureux.

Isabelle Artus

Pour en savoir plus

Les actus de Colibris

Au fil de Culturepositive

Couleurs automnales en Méditerranée languedocienne. Crédits : Isabelle Artus
Couleurs automnales en Méditerranée languedocienne. Crédits : Isabelle Artus

La corneille m’a réveillée ce matin.

L’automne est bien là.

Il fait frais dehors.

Bien le bonjour ! A  la manière des haïkus japonais. Ces très courtes pièces de poésie, instantanés simples et profonds ayants trait à la saison en cours, en trois lignes.

Bonnes nouvelles d’une auteure chère à nôtre cœur, Anne Le Maître, avec la publication de son dernier ouvrage « Fenêtres », dans cette très jolie édition de La renarde rouge.

Cette fois-ci, nous nous retrouvons à sa fenêtre, confortablement assis à côté d’elle–est-elle ouverte par instants, on croirait sentir les odeurs ? – à observer, ressentir le village, les états et subtilités de la nature puissante, doucement captivés par des mots si choisis.

« Tôt le matin, pousser les volets, guetter l’aube qui pointe à travers les rideaux. Jour après jour, de saison en saison, accueillir les premiers flocons et l’arrivée des hirondelles, la montée du brouillard, l’éclosion des lilas… C’est la ronde des saisons qui passe sur la ville. C’est la danse lente du temps à la fenêtre. », décrit l’écrivaine de sa belle plume.

L’urgence de préserver la biodiversité

On parle beaucoup du climat et c’est primordial mais pas assez de la protection des espèces. Quand je dis cela, je parle aussi de l’homme, j’entends : du règne du Vivant. Son sort est très lié à celui de la nature, des espèces, de la biodiversité.

Actuellement, les espèces animales payent gravement et de plus en plus vite les conséquences des inconséquences de l’Homme destructeur.

Une centaine de spécialistes français de la biodiversité se réunissait début octobre à Ramonville, près de Toulouse, pour statuer de la disparition de certaines espèces, à l’initiative de la société Collecte localisation satellite, CLS, une filiale du CNES, Centre national d’études spatiales.

La CLSC a développé un fameux système permettant de suivre depuis l’espace les parcours migratoires de certains animaux, via des balises Argos, afin de les protéger. « Ces trente dernières années, plus de 100 000 animaux ont étés suivis », indiquait La Dépêche, dans son édition du 6 octobre dernier.

Le rapport « Planète vivante »  sur la terre et sa biodiversité

Fin octobre, le WWF publiait son dernier et édifiant rapport « Planète vivante ». L’Organisation mondiale de protection de la nature y lançait encore une fois un message d’urgence :

« Alarmant par son rythme, le déclin de la biodiversité du globe menace la survie des autres espèces et de notre propre avenir, lance t’elle, rappelant « à la fois la gravité de la situation et les solutions à portée de main pour commencer à y remédier. »

Le rapport du WWF poursuit : « L’Indice Planète vivante* révèle que les populations mondiales de poissons, d’oiseaux, de mammifères, d’amphibiens et de reptiles ont régressé de 58 % entre 1970 et 2012 et analyse « Or, à moins d’entamer dès maintenant la réforme de nos systèmes alimentaire et énergétique et d’accomplir les engagements globaux pris pour lutter contre le changement climatique, protéger la biodiversité et soutenir le développement durable, ce pourcentage aura franchi le seuil des deux tiers rien qu’en l’espace du demi-siècle 1970-2020 ».

* L’Indice Planète Vivante, IPV, mesure la biodiversité en collectant les données recueillies sur les populations de différentes espèces de vertébrés et en calculant la variation moyenne de l’abondance au fil du temps.

 Essayons de penser « tâche d’huile », chacun apporte sa pierre à l’édifice d’un monde meilleur, respectueux de la nature et de l’être humain, cela prend peu à peu de l’ampleur, et notre société change vraiment.

Isabelle Artus

 Pour en savoir plus

Le site d’Anne Le Maître

Le site de La renarde rouge

Le site du WWF et rapport Planète vivante

Une revue « Sans transition » pour l’Occitanie

logo-sans-transition-avec-bl_web

La revue Sans Transition ! rejoint la famille du changement de société pour un monde éthique en région Occitanie. 

L’équipe de Sans Transition ! défend une démarche cohérente : locale, constituée en Scop, société coopérative et participative, elle « travaille selon les valeurs de l’économie sociale et solidaire, l’ESS », et ne « répond à aucun autre courant que celui de l’indépendance de la presse et de la liberté de penser », indique l’encadré de l’édito.

Petit dernier des numéros Bretagne et PACA, le magazine bimestriel propose « la moitié de contenus locaux et l’autre nationaux » et s’inspire de la devise de l’agronome écologue René Dubos « Penser global, agir local ».

Un cahier spécial Occitanie

Au sommaire de ce magazine bimensuel au sous-titre de « Revue des citoyens engagés », un important « cahier spécial Occitanie » avec deux reportages : « Du bio pour tous ! » qui pour le directeur de la publication Julien Dezécot, représente « l’incarnation d’une transition pour l’agriculture » et « Reprendre en coopérative, une vraie bonne idée ? ».

On notera des informations régionales coup de gueule dans les feuillets de « Paroles citoyennes ».

Des dossiers étayés

A lire aussi, des dossiers sur la longueur très intéressants et bien étayés dont un particulièrement édifiant sur les abattoirs, un autre sur les aéroports et le troisième sur les mouvements citoyens.

Un magazine d’informations utiles réjouissantes mais aussi critiques, aux publicités éthiques et éco responsables, ce qui en soi relève encore de la vraie rareté.

Le numéro 2 paraîtra en octobre en kiosques, magasins bio, librairies, avec un gros dossier « Start-up et éthique ».

Isabelle Artus

POUR ALLER PLUS LOIN

  La version en ligne de Sans Transition ! Occitanie se veut complémentaire et poursuit les débats soulevés dans la revue.

Journée de la Transition citoyenne

Les Scop

Au fil de Culturepositive

CULTURE LOGO

Avant tout, merci sincèrement de rester fidèles à ce blog.
Culturepositive était ces temps-ci à la fois au charbon et sur les routes, en quête d’idées régénérantes à transmettre. Et puis : avons nous besoin de quantité ? Bien sûr que non.

Au fil du blog, vous lirez bientôt : l’expérience du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle en Occitanie, entre Moissac et Condom. Elle s’est révélée totalement ressourçante, nous en reparlerons prochainement, photos à l’appui.

La « Nouvelle petite forme » de Culturepositive a trouvé un nom : « Les bonnes nouvelles ». Inaugurée récemment, cette courte forme éditoriale se veut à l’affut des trouvailles, bonnes idées et bonnes pratiques du moment, ici, pas loin. Son esprit est celui de l’écosystème de Culturepositive : se faire l’écho d’un mieux vivre respectueux de la nature et de l’humain. Elle reviendra régulièrement.

Un nouveau magazine a vu le jour récemment en Occitanie : Sans Transition ! Engagé, citoyen, territorial, participatif, ce bimensuel très étayé se veut « porteur d’espoir et de changement grâce à la mise en lumière d’exemples concrets pour participer à la transition sur les territoires ». Prochain numéro en octobre. Culturepositive s’en fait l’écho tout de suite dans un article.

Bonnes lectures et à bientôt !

Isabelle Artus

L’ oasis de Maxime

 

Une oasis de verdure rafraîchissant en pleine ville. Crédits Photo : Isabelle Artus
Une oasis de verdure rafraîchissante en pleine ville. Crédits Photo : Isabelle Artus

Je rentrais chez moi en vélo par un bel après-midi de printemps, enfin ensoleillé.

En passant devant la vieille maison toulousaine, la seule du quartier des Mazades à garder son caractère intact, avec son grand jardin naturel aux  arbres centenaires sans doute, je vis un homme près du grillage. « Il y a quand même quelqu’un ici », pensais-je.

Souvent, je me suis arrêtée devant, véritable oasis en pleine ville, la végétation cachant ce carré de verdure tout en longueur et, au fond, la bâtisse se devinant entre les branchages.

D’une stature d’environ 1m80, élancé et costaud, l’homme était vêtu d’un jean usé, d’une chemise blanche légèrement ouverte et parlait avec un jeune homme noir, de l’autre côté du grillage. En me voyant arriver, il se tourna aussitôt pour rentrer chez lui et le jeune homme s’effaça, plus rapide que l’éclair, pour disparaitre. Je pris sa place derrière le grillage.

« Monsieur ! », « Monsieur ! » appelais-je d’une voix assez forte pour qu’il m’entende. Il se retourna et vint vers moi.

Comme il me fixait étrangement, je lui expliquais que j’étais nouvelle résidente du voisinage et que sa maison m’inspirais. « J’en vois beaucoup, des promoteurs immobiliers, vous savez ! », me lança t-il en grimaçant, jetant un œil observateur sur mon deux roues.

Puis, il me raconta sa vie dans un flot continu de paroles car il avait envie de discuter. Sa compagne était très avare, il connaissait bien le Jura et avait beaucoup randonné, surtout vers Nice. D’ailleurs, il connaissait bien la ville pour y avoir vécu jeune-homme. Il habitait alors dans une caravane, « vous savez, je travaillais toute la journée, c’était pratique ». Et beaucoup plus de souvenirs encore…

Aujourd’hui, le vieux voisin coupe du bois dehors et donne à manger à ses lapins angora. « Les gens font des trous dans le grillage pour les nourrir mais ils peuvent s’échapper, je leur ai déjà dit mille fois… »

 Alors que je lui faisais remarquer la beauté sauvage de sa propriété, l’unique véritable ilot de biodiversité restant du quartier, il reprit : « Ils veulent faire des lots. Quand je serais mort, on ne pourra plus rien, tous mes frères et sœurs ont déjà une maison, alors… ».

Mon voisin à 82 ans et nous l’appellerons Maxime.

Il connaît la valeur d’un arbre, le temps qu’il met à devenir adulte, l’ombre fraîche qu’il procure en été, les fleurs où les abeilles peuvent butiner, les papillons qui aiment à s’y attarder et les milliers d’insectes et petites bêtes qui le peuplent et l’enrichissent. Maxime vit en harmonie avec son environnement, sans le détruire, et il y vit heureux. Longue vie Maxime car nous aussi nous profitons de votre jardin !

Isabelle Artus

Dernières nouvelles de la survie des abeilles 

abeille_fleur_bleuet

Alors que le combat pour la défense des abeilles continue à travers l’interdiction de l’utilisation de néonicotinoïdes, celui sur la préservation des abeilles noires locales progresse ! 

Il y a déjà bientôt un an,  » l’Assemblée nationale avait voté en faveur d’un amendement déposé par Gérard Bapt (Haute Garonne) et Delphine Batho (Deux-Sèvres), pour l’interdiction pure et simple des néonicotinoïdes à compter du 1er janvier 2016″, rappelle Pollinis, l’association indépendante et sans but lucratif qui milite pour accélérer la transition en agriculture durable en Europe, respectueuse de l’environnement et des pollinisateurs dont elle dépend. 

Cette grande avancée a été remise en cause ensuite par le vote du Sénat. Néanmoins, « le combat contre les Néonics se poursuit à l’Assemblée », relève Pollinis qui appelle à la mobilisation pour faire inscrire dans la loi une nouvelle interdiction des néonicotinoïdes en France dès la fin du mois de février. Lire leur article ICI 

Fortes avancées pour sauver l’abeille noire

Bonnes nouvelles du côté de l’abeille noire. Dans une publication récente, Pollinis rapporte leur réussite à « fédérer une dizaine de Conservatoires de l’abeille noire, notre abeille locale, aujourd’hui menacée ». L’association, spécialisée dans la défense de l’environnement et des pollinisateurs, précise que « l’abeille noire, abeille ouest-européenne, maillon essentiel de la biodiversité de cette zone, est confrontée à une course à la rentabilité à court terme qui privilégie l’importation d’abeilles souvent inadaptées à nos territoires et plus fragiles. »

Ces conservatoires « élèvent les abeilles noires au sein de ruchers préservés de toute hybridation génétique avec d’autres sous-espèces d’abeilles, ils défendent des pratiques apicoles respectueuses de l’abeille et de ses cycles de vie (pas de transhumance, pas de sur-nourrissement avec du sirop de sucre, etc.), et sensibilisent le public à la préservation de cette butineuse locale », explique Pollinis.

La fête de l’abeille noire

Cette fameuse abeille est aussi la star de la « Fête de l’abeille noire et des gastronomies traditionnelles et innovantes » à Pont-de-Montvert en Lozère. La deuxième édition a eu lieu les 7 et 8 novembre derniers. Regardez la vidéo ci-dessous.

Plus d’informations

Pour plus de détails sur les effets négatifs des néonicotinoïdes, voir l’article de Culturepositive sur le forum « Pour l’interdiction des néonicotinoïdes » du 24 juin 2015 à l’Assemblée nationale :

Isabelle Artus

Merveilleuse année 2016 !

Nous n'avons qu'une terre, prenons-en soin ! Crédits photo : Sosoa.
En 2016, nous n’aurons qu’une terre, prenons-en soin !
Crédits photo : Sosoa.

De tout coeur : merveilleuse année 2016 à vous qui soutenez  par vôtre intérêt ce blog Culturepositive !

En 2016, Culturepositive et son écosystème entre culture et environnement, vous surprendra !

A travers des spectacles, conférences, présentations, … ce blog débusquera les valeurs de bien-être, de qualité de vie et d’être, d’équilibre, de bonheur de vivre, d’espoir, sous différentes formes artistiques et environnementales.

Culturepositive est heureuse et fière de vous avoir comme lecteur(ice) !