Les ailes de la vie

Plus que deux jours pour découvrir la cinquantaine d’œuvres de l’exposition « Créatures ailées et terrestres » de la peintre Mirta Gontad et de la photographe Anna Biret à la galerie de l’ambassade d’Argentine à Paris. Partez en un voyage pictural accompagné de Mirta Gontad, une artiste rare à la personnalité très attachante, le temps d’un entretien devant ses tableaux. Culturepositive l’a rencontrée.

La peintre argentine Mirta Gontad devant une de ses oeuvre à l'ambassade d'Argentine à Paris en septembre 2015. Crédits Photo : Isabelle Artus
La peintre argentine Mirta Gontad devant une de ses oeuvres à l’ambassade d’Argentine à Paris en septembre 2015. Crédits Photo : Isabelle Artus

: Y a t’il une continuation du travail que vous présentez avec celui de l’année passée ?

M : En réalité, je crois que le travail continue toujours. L’année passée, je parlais de l’espace qui étais autour de l’évident. Cette année, je parle un peu de la même chose, de figures mythiques ou qui évoquent l’enfance, ce que nous avons été, le paradis perdu. Certaines ont des ailes visibles qui se voient clairement.

Donc, je parle de ce qui est évident et de ce qui est présent mais moins évident. Il y a donc un « deuxième » regard.

Ce dernier existe quand la forme ou la situation est en connexion avec l’harmonie de l’univers. On peut le voir au quotidien, quand on est quelque part, moi, artiste de l’art plastique, je le vois depuis le visuel. Je suis dans un lieu et il y a une parfaite composition de couleurs. Tout est équilibré. Je me dis : « Alléluia ! ». L’univers est présent.

Les ailes ont trait à cette connexion qui, à un certain moment, n’est plus visible. C’est pour cela que je parle de « paradis perdu» et d’une évocation de l’enfance, un lieu mythique où tout était possible, où les choses magiques étaient réelles et qui, avec les conditionnements de la civilisation, nous font oublier cela. Mais il y a un instant où cela apparaît, peut apparaître de nombreuses façons. Seul le moment présent est réel, le reste est une illusion.

"Le paradis perdu" de Mirta Gontad. Crédits Photo : Isabelle Artus
« Le paradis perdu » de Mirta Gontad. Crédits Photo : Isabelle Artus 

J’ai travaillé cette année à partir de vieilles photos, il me semble que cela a à voir avec tout ça car l’enfance est ce lieu où tout est possible et que nous avons tous connu, cette connexion avec l’univers, nous l’avons tous vécu ; après, nous l’oublions. Cette connexion avec le « Tout » me paraît beaucoup plus facile pour un enfant. L’exposition s’appelle « Figures ailées et terrestres » précisément parce qu’on a associé l’ailé, le céleste au terrestre comme une partie du même « Tout », comme la totalité qui est désirée. Je crois que cela a à voir avec le fait de « sentir la totalité », qui est ce que tout un chacun perd après, retrouve, perd de nouveau…

 Ce sont des dessins avec de la couleur mais celle-ci est toujours aléatoire. Le dessin est le protagoniste et la couleur est travaillée en fonction de lui. Pour cette exposition, il y a surtout du dessin.

"Au bord du paradis", de Mirta Gontad. Crédits photo : Isabelle Artus
« Au bord du paradis », de Mirta Gontad. Crédits photo : Isabelle Artus

Devant un triptyque :  » C’est une embarcation sur l’eau avec des passagers. A côté, il y a une œuvre où l’on voit une petite fille (en gros plan) qui est comme au bord de l’eau ou de l’espace, cela s’intitule « Au bord du paradis ». Cela fonctionne comme triptyque et aussi séparé. Sur le dernier des trois, un petit garçon montre du doigt un des personnages, tous très serrés les uns aux autres dans une petite embarcation. Ce sont des encres et du crayon sur du papier de petites tailles, 30 sur 30 cm. Le dessin beaucoup plus intimiste que la peinture. Pour les grands formats, la peinture se fait avec tout le corps, c’est comme une danse.

 : D’où vient vôtre inspiration Mirta ?

M : « Normalement je travaille avec des modèles car j’aime le visage humain, sa perfection, -dans le sens de miracle de l’univers et non pas modèle de perfection – donc, je travaille avec un modèle vivant une fois par semaine à l’atelier et des vieilles photographies, après d’autres choses apparaissent qui complètent l’œuvre.

Je parle tout le temps plus ou moins de la même chose dans mon travail : l’ignorance de la totalité, du fait que les choses nous montrent une chose évidente que nous sommes tous conditionnés à voir mais elles disent toujours d’autres choses en plus.

C’est ma façon de voir la vie. Je suis dans un lieu et je vois ce que les images me racontent. Peut-être pas ce que les mots me disent. Ma capacité est de lire les images (de la vie), je perçois le monde ainsi et je l’apporte dans mes œuvres.

SONY DSC
« Alas de luz » de Mirta Gontad. Crédit photo : Isabelle Artus

: Je vois que vous êtes attirée par des situations positives où règne la beauté plutôt que la difficulté, la dureté, la violence …

M : Oui, je suis optimiste de nature, parfois aveuglément optimiste. Cela se voit sûrement dans mon travail. Mais il me semble que la beauté n’a pas à voir uniquement avec le bonheur mais plutôt avec un certain type d’harmonie qui peut aussi être une harmonie triste. Il me semble que tout fait partie de la même totalité qui parfois est plus triste ou plus joyeuse, parfois céleste ou terrestre mais où l’unité est présente.

I : L’exposition compte une cinquantaine d’œuvres et vous la partagez avec la photographe Anna Biret, polonaise et grande amoureuse de Cuba, dites-nous en deux mots

M :  «  La première fois que j’ai vu les œuvres d’Anna Biret, j’ai toujours pensé que nos travaux pouvaient être amis. Parce qu’elle a la capacité d’attraper l’instant présent. Elle travaille sans modèle. Quand son appareil photo disparaît, elle capte justement ce moment où il y a connexion ou « des ailes ». Des moments qui peuvent être transcendants. C’est cet instant que je recrée avec mes dessins. L’exposition fonctionne bien grâce à ça », conclue Mirta Gontad.

Isabelle Artus

Informations pratiques

L’exposition se situe à l’Ambassade d’Argentine, 6, rue Cimarosa, métro Boissière, dans le 16e arrondissement de Paris. Vérifier bien les horaires d’ouverture sur le site de l’ambassade :

Pour contacter l’artiste Mirta Gontad, vous pouvez lui écrire à : gontadmm@hotmail.com

– Voir la Vidéo des deux artistes réalisée par le service culturel de l’ambassade

La peintre argentine Mirta Gontad devant un de ses triptyque. Exposition "Créatures ailées et terrestres", Galerie d'Argentine, Paris, septembre 2015. Crédits photo : Isabelle Artus
La peintre argentine Mirta Gontad devant un de ses triptyques. Exposition « Créatures ailées et terrestres », Galerie d’Argentine, Paris, septembre 2015. Crédits photo : Isabelle Artus

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *