La belle semaine de Culturepositive

banner_jazz2014_ijd_logo

« L’histoire du Jazz raconte le pouvoir de la musique à rassembler des artistes de cultures et d’horizons différents, comme levier d’intégration et de respect mutuel. […] C’est à travers le jazz que des millions de gens ont chanté et chantent encore aujourd’hui leur envie de liberté, de tolérance et de dignité humaine ». Le message d’Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco, lançait la troisième Journée internationale du Jazz à Osaka, au Japon, le 30 avril 2014, en partenariat avec le Thelonious Monk Institute of Jazz.

Une édition qui a rendu hommage à l’Afrique, terre mère du jazz, représentée par les meilleurs musiciens de notre temps : Herbie Hancock, pianiste et compositeur américain de renommée mondiale et initiateur de la Journée internationale du jazz, Marcus Miller, pionnier de la guitare basse électrique, le saxophoniste Wayne Shorter, la diva et chanteuse Dee Dee Bridgewater, T.S. Monk, le fils du pianiste-compositeurThelonious Monk, pour n’en citer que quelques uns. Regardez la vidéo du concert ici. 

Le Carreau du Temple, à Paris.
Le Carreau du Temple, à Paris.

Un nouveau temple culturel au cœur de Paris

Le Carreau du Temple, nouveau lieu culturel pluridisciplinaire a ouvert vendredi 25 avril 2014 au cœur de Paris. Haut lieu du commerce des tissus et du cuir en 1810 puis des vêtements, un siècle après, ce majestueux espace de 6500 M2 axe sa programmation sur le corps, à travers le sport, le spectacle vivant et le bien-être. Il ambitionne de brasser des tendances et des esthétiques contemporaines. Visitez le par ici !

L’opéra dansé de Pina Bausch Orphée et Eurydice

Ils étaient nombreux à avoir fait la queue pendant quatre heures à Garnier pour voir l’opéra dansé Orphée et Eurydice, « l’un des deux chefs-d’œuvre » de la grande chorégraphe contemporaine Pina Bausch, selon France 2.

Sur une musique de C. W. Gluck, le spectateur suit Orphée aux enfers chercher son amour Eurydice, à travers quatre tableaux, le deuil, la violence, la paix et finalement la mort. Orphée échouera, Eurydice mourra et disparaîtra à jamais.

Dans une mise en scène sobre, les étoiles, les premiers danseurs et le corps de ballet interprètent avec une grande grâce cette œuvre solennelle. Certains moments resteront gravés en mémoire pour toujours comme ces danseurs et danseuses projetés ensemble en avant et tirant des fils, formant une vague ininterrompue qui va et vient.

Un spectacle à voir jusqu’au 21 mai.

2 réflexions au sujet de « La belle semaine de Culturepositive »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *